Art de vivre

« Medusa, bijoux et tabous », au Musée d'Art Moderne, du 19 mai au 5 novembre 2017

Totalisant 11 000 œuvres, les collections du Musée d'Art moderne, de la Ville de Paris, privilégient les artistes du 20e et du 21e siècle. © DR

Parmi les expositions du Musée d'Art Moderne, à Paris, en 2017, Medusa, Bijoux et Tabous porte un regard contemporain inédit sur les ornements féminins.

Dans la continuité des expositions comme « L’Hiver de l’Amour », « Playback » et « Decorum », le Musée d'Art Moderne, qui occupe l'aile est du Palais de Tokyo, met en scène Medusa. Ce flash-back interroge les frontières traditionnelles de l’art où le bijou n'est jamais apparu comme une œuvre à part entière dans les domaines de l’artisanat, de la décoration, de la mode et de la culture pop.

Des bijoux sans tabous au Musée d'Art Moderne

Souvent perçu avec les a priori négatifs qui l'entourent comme trop féminin, ornemental, primitif ou précieux, il doit pourtant aux créateurs contemporains d’avoir été réinventé. Le bijou s’articule ici de façon spectaculaire, autour de quatre thématiques : l’identité, la valeur, le corps, et le rite.

Expo Medusa, bijoux et tabous bouche - Paris
Reproduction de la broche Ruby Lips de Salvador Dali, cette bouche de saphirs et de perles date des années 70. © ADAGP, Paris 2017

Bague Memoneto Mori
Fabriquée en 1730, la bague Memoneto Mori de la collection Katharina Faerber mêle l'or et le cristal de roche. © ADAGP, Paris 2017

Créations sans frontières, de la pierre à l'œuvre d'art

Le show réunit plus de 400 bijoux. Réalisés par Man Ray, Calder et Niki de Saint Phalle, mais aussi par des maisons telles que Lalique, Cartier, Victoire de Castellane pour Dior, Van Cleef & Arpels ou Buccellati, ils font une place à des pièces datant de la préhistoire, du moyen-âge, de l'époque amérindienne ainsi que des modes punk et rap. Un éventail qui devrait fasciner tous les publics !

Couronne Vivienne Westwood
Apparue en 2001 lors d'un défilé de Vivienne Westwood, cette couronne est aujourd'hui une pièce de musée. © ADAGP, Paris 2017

Medusa, entre esthétique féminine et art sculptural.