Art de vivre
Alex Chinneck, la sculpture inspirée du surréalisme urbain

Parsemées dans les places publiques du Grand Londres, les sculptures insolites d'Alex Chinnek s'inspirent du surréalisme urbain.

Excentrique dans son mode d'expression, le sculpteur britannique Alex Chinneck affectionne les oeuvres publiques éphémères dans son travail. Diplômé du Collège des Arts de Chelsea, membre de la Royal British Society of Sculptors, ce passionné de cricket réalise des concepts monumentaux, et ses installations, qui créent toujours une illusion d'optique, sont réparties dans le Grand Londres.

Le surréalisme urbain au programme d'Alex Chinnek

Pour les réaliser, il unit les disciplines de l'art, de l'architecture et du théâtre. Son œuvre déforme le monde quotidien et produit aussitôt un « effet Wow », sans pour autant délivrer un message personnel. Son objectif est plutôt d’étonner le public en inventant un univers magique où il inverse des pylônes électriques, noue des horloges et boucle un building avec une fermeture éclair.

Alex Chinneck sculpture Take my lightning but don't Steal my thunder
Bordant le marché couvert de Covent Garden, cette sculpture géante figure sur une série de cartes postales londoniennes. © DR
Alex Chinneck sculptures Growing up gets me down
Alex Chinnek n'hésite pas à tordre le cou des horloges et des colonnes en bois. © DR

Illusions architecturales

Grâce à son côté ludique, les villes anglaises offrent une plus grande attractivité culturelle aux touristes. Mais ses projets ne s'arrêtent pas là ! Ouvrir la façade d’un bâtiment historique de Milan, congeler un sapin dans un bloc de glace, remodeler l'entrée d'un marché couvert pour la faire léviter au-dessus de ses fondations, ce metteur en scène va bouleverser l'architecture urbaine.

Alex Chinneck sculpture A pound of flesh
Sur Southwark Street, les 7500 briques de paraffine de cette maison semblent fondre tout doucement. © DR
Alex Chinneck Sculpture Six pins and half a dozen needles
Dans une illusion d'optique réussie, cet immeuble se déchire de part en part. © DR

La customisation de l'habitat en œuvre d’art