De Reynolds à Turner, l’âge d’or de la peinture anglaise traverse la Manche

Henri Yadan 30 sep 2019
Partager sur
FacebookTwitterLinkedin

La peinture anglaise s'invite sur la Rive Gauche parisienne, au musée du Luxembourg, pour nous faire redécouvrir son âge d'or, de Reynolds à Turner.

Image
De Reynolds à Turner, l’âge d’or de la peinture anglaise traverse la Manche
Sur ce tableau, George Stubbs décrit une scène de campagne avec un chasseur et un cheval. © DR
Sommaire

La rentrée des expos est chargée de bonnes nouvelles, à commencer par le cadeau offert par la Tate Gallery, à Londres, au musée du Luxembourg. Jusqu'au 16 février 2020, « L’Âge d’Or de la Peinture Anglaise » reviendra sur cette époque, en mettant l'accent sur l’ascension triomphante de Joshua Reynolds, de Thomas Gainsborough ainsi que la fondation de la Royal Academy of Arts.

La peinture anglaise à son apogée

Celle-ci s’ouvre par la confrontation des deux peintres, reconnus comme des maîtres du portrait qui ont rivalisé pour élever le genre à des niveaux d’innovation visuelle et intellectuelle inédits. Ils ont su faire honneur aux grands maîtres à travers des portraits en pied et des études intimistes, à la ressemblance frappante, de notables, de personnalités ou de membres de la famille royale.

Tableaux de George Roomney et Thomas Gainsborough George Roomney et Thomas Gainsborough dépeignent la vie des familles établies de leur époque et de l'aristocratie. © RMN
Tableaux de Joshua Reynolds et Thomas Gainsborough « L'honorable Miss Mockton » de Reynolds, et « Lady Bate-Dudley » de Gainsborough, manifestent un grand intérêt pour le portrait. © RMN

La figure narrative et l'imaginaire au sommet de l'art

A eux deux, ils ont hissé une nouvelle génération vers de nouveaux sommets. Leur influence est explorée à travers une sélection de portraits majeurs réalisés par leurs disciples comme John Hopper, William Beechey et Thomas Lawrence. Ces derniers ont fait évoluer la figuration narrative vers le sublime, et ouvert la voie à une conception de l’art comme un support de l’imaginaire.

John Martin  La Destruction  de Pompéi John Martin a peint « La Destruction de Pompéi » comme une apocalypse antique. © DR

Les chefs-d'œuvre de la peinture anglaise à Paris.

Cet article vous a été utile ?

Pouvez-vous nous préciser pourquoi ? (facultatif)

Partager sur
FacebookTwitterLinkedin
A la une !
Image
La céramiste Lisa Allegra a installé son atelier à Barcelone.
Art de vivre
Designer et céramiste, Lisa Allegra a installé son atelier à Barcelone en 2017, dans le charmant quartier de Gràcia. Elle y façonne vases, appliques, chaises ou encore tables à dîner en céramique...
Image
Papiers peints Bien fait Paris
Art de vivre
Arty, abstrait, poétique, graphique ou rétro : quel que soit le style qu’on lui préfère, le papier peint a toujours la côte ! Dans les intérieurs traditionnels comme les plus modernes, placé en pan...
Image
Rencontre avec le collectif hall haus
Art de vivre
À la fois éditeur d’objets et de mobilier, agence créative et électron libre, le collectif hall haus brouille les pistes et les frontières pour proposer une vision créative unique, avec à cœur de...